Croissance continue du chiffre d’affaires et des bénéfices : EADS publie des résultats solides pour les neuf premiers mois de 2012

Leyde08 novembre 2012

  • EADS est en bonne voie pour atteindre son objectif de chiffre d'affaires et de bénéfice pour 2012
  • Le chiffre d’affaires augmente de 14 % pour atteindre 37,3 milliards d’euros
  • L’EBIT* avant éléments non récurrents est en hausse de 82 % à 1,9 milliard d’euros
  • Le résultat net* avant éléments non récurrents(4) augmente à 1,1 milliard d’euros ; le résultat a plus que doublé à 903 millions d’euros
  • Le flux de trésorerie avant acquisition s’établit à -3,2 milliards d’euros, reflétant un grand nombre de livraisons différées et le calendrier de paiement des gouvernements
  • De nouveaux contrats de couverture de 27 milliards de dollars américains améliorent la stabilité financière
     

EADS (symbole boursier : EAD) affiche des résultats solides pour les neuf premiers mois de 2012. Au cours de cette période, les prises de commandes(5) se sont élevées à 50,4 milliards d’euros, sous l’effet des commandes enregistrées par Eurocopter, Astrium, Cassidian et Airbus Military, ainsi que du maintien du dynamisme chez Airbus Commercial. Fin septembre, le carnet de commandes(5) d’EADS atteignait 547,5 milliards d’euros, signe de la résilience du Groupe et de visibilité dans le contexte macro-économique actuel. Le chiffre d’affaires s’est établi à 37,3 milliards d’euros. L’EBIT* avant éléments non récurrents, qui s'élève à environ 1,9 milliard d’euros, a bénéficié d’une solide performance sous-jacente.


L’EBIT* reporté a atteint 1,6 milliard d’euros, en nette hausse par rapport à 2011. La position de trésorerie nette s’est élevée à 8,1 milliards d’euros.
« Notre performance au cours des neuf premiers mois se traduit par une croissance à deux chiffres du chiffre d’affaires et par une forte hausse de la rentabilité. Cette hausse reflète avant tout l’attention que nous continuons de porter sur la gestion et l’exécution des programmes », a déclaré Tom Enders, Président exécutif d’EADS. « Toutefois, les défis opérationnels ne sont pas prêt de manquer, notamment chez Eurocopter et Airbus. Et jusqu’à la fin de l’année, générer de la trésorerie sera l’une de nos principales priorités. Les livraisons d’appareils sont un élément-clé. »

Au cours des neuf premiers mois de 2012, le chiffre d’affaires d’EADS a progressé de 14 %, à 37,3 milliards d’euros (9M 2011 : 32,7 milliards d’euros), porté par une croissance enregistrée dans toutes les Divisions. Les sociétés acquises en 2011 ont contribué à hauteur d’1 milliard d’euros environ à cette croissance. Jusqu’à fin septembre, les livraisons se sont maintenues à un niveau élevé, avec 405 avions chez Airbus Commercial et 300 hélicoptères chez Eurocopter. En septembre, Astrium a réalisé le 51ème lancement consécutif réussi d’Ariane 5.

L’EBIT* avant éléments non récurrents
(indicateur de la marge commerciale sous-jacente, excluant les charges et bénéfices non récurrents induits par les variations des provisions ou des effets de change) s’est élevé à 1,9 milliard d’euros environ (9M 2011 : 1,1 milliard d’euros environ) pour EADS et à 1,2 milliard d’euros environ pour Airbus (9M 2011 : 0,4 milliard d’euros environ). La hausse par rapport à la même période de l’année dernière s’explique par une amélioration de la performance opérationnelle chez Airbus Commercial, dont des effets favorables de volumes et de prix. La croissance d’Astrium s’explique par une meilleure productivité et l’intégration de Vizada.


L’EBIT* avant éléments non récurrents d’Eurocopter est resté stable malgré un mix produits défavorable au troisième trimestre et la hausse des dépenses de Recherche et Développement. Comme prévu, la rentabilité de Cassidian en 2012 subit l’impact de la transformation de son organisation et de son déploiement mondial.

Au cours des neuf premiers mois de 2012, EADS a renforcé ses activités de couverture et a mis en place de nouveaux contrats à hauteur de 27 milliards de dollars américains, à un taux moyen de 1 € = 1,29 US $, améliorant ainsi la stabilité de la performance financière du Groupe. Fin septembre, le portefeuille total de couverture d’EADS s’élevait à 86,4 milliards de dollars américains.

L’EBIT* reporté
d’EADS a progressé de 82 %, à 1 615 millions d’euros (9M 2011 : 885 millions d’euros), grâce à l’amélioration de l’EBIT* avant éléments non récurrents.
Au cours des neuf premiers mois de 2012, les variations de change du dollar américain et les réévaluations bilancielles ont eu un impact positif de 70 millions d’euros environ sur l’EBIT*.

La charge de 124 millions d’euros enregistrée pour l’A350 XWB reste inchangée par rapport au premier semestre 2012 dans la mesure où Airbus respecte le calendrier modifié tel que communiqué en juillet. Le programme demeure toutefois très ambitieux.

Airbus progresse conformément au calendrier établi concernant la solution aux problèmes de fissures sur les pieds de nervure des voilures de l'A380. Le montant total des charges enregistrées depuis début 2012 s’élève à 0,2 milliard d’euros. Airbus prévoit toujours de livrer 30 A380 en 2012, ce qui signifie une charge totale pour les pieds de nervure des voilures de cet appareil de 260 millions d'euros environ sur l’exercice complet.

A la suite à la décision de Hawker Beechcraft (HBC) de fermer toutes ses lignes de production de jets, et malgré les efforts d’EADS pour trouver un repreneur pour l’ensemble d’HBC, y compris pour l’activité jets, la clôture du programme s’est traduite par une charge exceptionnelle de 76 millions d’euros au troisième trimestre.

Le résultat net a fortement augmenté pour atteindre 903 millions d’euros (9M 2011 : 421 millions d’euros), soit un bénéfice par action de 1,10 euro (BPA des 9M 2011 : 0,52 euro). Le résultat net* avant éléments non récurrents(4) a augmenté à 1,1 milliard d’euros (9M 2011 : 607 millions d’euros), reflétant la solide performance sous-jacente.

Le résultat financier est de -337 millions d’euros (9M 2011 : -212 millions d’euros).
Le montant des intérêts, de -237 millions d’euros (9M 2011 : -9 millions d’euros), s’est détérioré par rapport au niveau de 2011, essentiellement en raison de plus faibles produits d’intérêts liés à l’évolution des taux d’intérêt. Par ailleurs, le montant des intérêts en 2011 avait bénéficié du déblocage positif à caractère exceptionnel de 120 millions d’euros lié à l’achèvement du programme A340.

Les autres éléments du résultat financier, à -100 millions d’euros (9M 2011 : -203 millions d’euros), intègrent une amélioration de l’impact de change par rapport aux neuf premiers mois de 2011. Ils comprennent également l’actualisation des provisions.

Les dépenses de Recherche et Développement (R&D) autofinancées sont restées globalement stables à 2 145 millions d’euros (9M 2011 : 2 151 millions d’euros).

Le flux de trésorerie disponible avant acquisitions s’est établi à -3 235 millions d’euros (9M 2011 : 587 millions d’euros). La performance opérationnelle s’est nettement améliorée par rapport à la même période de l’année dernière. Toutefois, une détérioration temporaire du fonds de roulement reflétant la concentration des livraisons sur le dernier trimestre et la forte montée en puissance industrielle, en particulier chez Airbus et Eurocopter, a pesé sur le flux de trésorerie disponible. Par ailleurs, les calendriers de paiement des gouvernements et les étapes majeures sont également concentrés sur la fin de l’année, notamment chez Cassidian.

Au cours des neuf premiers mois de 2012, à -97 millions d’euros, le niveau de financements-clients réalisé est faible, reflétant l'appétit constant pour les financements garantis par actifs et le maintien du soutien des agences de crédit export pour les livraisons.

Le niveau des investissements a continué d’augmenter, essentiellement chez Airbus en raison de l'A350 XWB et des augmentations des cadences de production pour les monocouloirs et les long-courriers. Il comprend la capitalisation des coûts de développement, principalement liés au programme A350 XWB.

Le flux de trésorerie du quatrième trimestre devrait refléter l’inversion des besoins en fonds de roulement sous l’effet des livraisons et des paiements provenant des clients institutionnels.

Le flux de trésorerie disponible après financements-clients s’est élevé à -3 376 millions d’euros (9M 2011 : 155 millions d’euros).

La position de trésorerie nette d’EADS s’est élevée à 8,1 milliards d’euros (fin 2011 : 11,7 milliards d’euros), reflétant également une contribution en numéraire aux actifs des régimes de retraite de 331 millions d’euros, ainsi que le paiement d’un dividende de 370 millions d’euros environ.

Les prises de commandes(5) d’EADS ont atteint 50,4 milliards d’euros (9M 2011 : 93,9 milliards d’euros) avec un niveau encourageant dans l’ensemble des Divisions. Les prises de commandes des neuf premiers mois de 2011 comprenaient les commandes exceptionnelles enregistrées lors du salon aéronautique du Bourget, notamment pour l’A320neo.

Fin septembre 2012, le carnet de commandes(5) du Groupe a atteint 547,5 milliards d’euros (fin 2011 : 541,0 milliards d’euros), ce qui confère au Groupe une solide plate-forme pour sa croissance future.

Le carnet de commandes des activités de défense s’élève à 51,1 milliards d’euros (fin 2011 : 52,8 milliards d’euros).

À la fin du mois de septembre 2012, EADS comptait 137 415 salariés (fin 2011 : 133 115).

 

Perspectives

Pour fonder les perspectives d’EADS en 2012, EADS table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure en raison de la crise actuelle de l’euro.

Dans la mesure où les résultats pour les neuf premiers mois confirment la croissance du Groupe et les améliorations observées, EADS réitère avec une confiance accrue ses prévisions de bénéfices pour 2012.

En 2012, Airbus prévoit de livrer environ 580 avions commerciaux, incluant un objectif de 30 A380.

Le nombre de commandes brutes devrait être supérieur aux livraisons, entre 600 et 650 appareils.

Sur la base d’un taux de clôture de 1 € pour 1,30 US $, le chiffre d’affaires 2012 d’EADS devrait progresser de plus de 10 %.

Compte tenu de la solide performance opérationnelle sous-jacente du Groupe, EADS table sur un EBIT* avant éléments non récurrents de 2,7 milliards d’euros environ pour 2012.

Sur cette base et avec des prévisions de taux d’imposition légèrement inférieur à 30 % pour l’exercice, le BPA* avant éléments non récurrents(4) d’EADS en 2012 devrait s’établir à 1,95 euro environ (exercice 2011 : 1,39 euro).

À l’avenir, la performance de l’EBIT* reporté et du BPA* d’EADS dépendra de la capacité du Groupe à exécuter ses programmes complexes, tels que les hélicoptères militaires, l’A400M, l’A380 et l’A350 XWB, en respectant les engagements pris envers ses clients. L’EBIT* reporté et le BPA* dépendent également de l’évolution des taux de change.

En tablant sur un objectif de 30 livraisons d’A380 et sur une politique inchangée des paiements gouvernementaux, EADS devrait continuer à dégager un flux de trésorerie disponible équilibré après financements-clients et avant acquisitions.

Divisions EADS : Maintien du dynamisme commercial pour Airbus, solides prises de commandes pour Eurocopter, Astrium et Cassidian

Le chiffre d’affaires consolidé d’Airbus a augmenté de 14 %, à 25 621 millions d’euros (9M 2011 : 22 411 millions d’euros). L’EBIT* consolidé d’Airbus a progressé de 184 % pour atteindre 837 millions d’euros (9M 2011 : 295 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial s’est élevé à 24 725 millions d’euros (9M 2011 : 21 120 millions d’euros). En comparaison avec l'année dernière, le chiffre d'affaires d'Airbus Commercial a bénéficié d'un effet positif en termes de volumes, de mix et de prix. Au total, 403 livraisons ont été enregistrées avec comptabilisation dans le chiffre d'affaires puisque, sur les 405 livraisons physiques, 2 appareils ont été fournis sous contrat de location simple.

L’EBIT* avant éléments non récurrents d’Airbus Commercial a nettement augmenté pour atteindre 1,15 milliard d’euros (9M 2011 : 380 millions d’euros environ). Cette hausse s’explique par l’amélioration de la performance opérationnelle, incluant des effets favorables en termes de volumes et de prix, nets d’inflation. L’appréciation du dollar américain a légèrement amélioré la performance en raison de l’arrivée à échéance de contrats de couverture du Groupe, fin septembre.

L’EBIT* reporté d’Airbus Commercial a lui aussi fortement progressé à 816 millions d’euros (9M 2011 : 306 millions d’euros). Il inclut la charge enregistrée au premier semestre 2012 pour l’A350 XWB, l’actualisation de la provision pour les problèmes de fissures des pieds de nervure des voilures de l’A380 et une charge pour la clôture du programme de Hawker Beechcraft. Il a bénéficié d’un effet de change positif.

Le chiffre d’affaires d’Airbus Military s’est établi à 1 194 millions d’euros, en baisse par rapport à l’année précédente (9M 2011 : 1 747 millions d’euros), essentiellement en raison de la comptabilisation d'un chiffre d'affaires moins élevé au titre du programme A400M et d'une baisse du chiffre d'affaires des avions ravitailleurs.

L’EBIT* d’Airbus Military a légèrement progressé pour atteindre 8 millions d’euros (9M 2011 : 5 millions d’euros), reflétant la baisse des dépenses de Recherche et Développement

Au cours des neuf premiers mois de 2012, Airbus Commercial a enregistré 382 commandes nettes (9M 2011 : 1 038 unités). Les ventes de 2011 comprenaient les contrats annoncés lors du salon du Bourget, où Airbus avait enregistré des commandes record au sein du secteur grâce à l'A320neo, qui reste inégalé par la concurrence.

La demande est restée soutenue pour l’A320 et l’A320neo, avec d’importantes commandes passées par le loueur d’avions chinois ICBC Financial Leasing Co. Ltd. et par Philippine Airlines au cours du troisième trimestre. Le programme d’essai en vol des extrémités de voilure (« Sharklets ») d’Airbus a connu de belles avancées et AirAsia devrait recevoir le premier appareil équipé de ces dispositifs conçus pour réduire la consommation de carburant avant la fin de l’année.

Outre la commande passée par Cathay Pacific pour l’A350-1000, Singapore Airlines a annoncé son intention de commander 20 A350-900 et 5 A380 en octobre. Thai Airways International a reçu ses premiers A380 en septembre, devenant la neuvième compagnie aérienne à exploiter cet avion à deux étages.

L’ambitieux programme A350 XWB avance à un bon rythme. L’appareil destiné aux essais statiques et MSN 1, premier appareil destiné aux essais en vol, sont tous les deux en cours d’assemblage, et la mise sous tension de la partie avant du fuselage a été réalisée avec succès. Le perçage au niveau de la voilure est maintenant résolu. Airbus a toujours pour objectif le premier vol prévu mi-2013 et une entrée en service au second semestre 2014. La performance de la chaîne d’approvisionnement reste un défi.

Au cours des neuf premiers mois de 2012, Airbus Military a enregistré 30 commandes, et a livré 11 appareils. Le ratio commande/livraison d’Airbus Military était supérieur à 1 sur les neuf premiers mois de l’année, sous l’effet de la hausse des marchés à l’export.

Les vols d’essai du programme A400M se poursuivent, avec plus de 3 800 heures de vol cumulées fin septembre. La cause des récents problèmes techniques au niveau des moteurs a été identifiée. La date de capacité opérationnelle initiale de l’A400M est prévue pour le premier trimestre 2013, selon une configuration à définir avec l’OCCAR, ce qui permettrait une première livraison en France au deuxième trimestre 2013. Trois livraisons supplémentaires sont prévues plus tard dans l’année.

Fin septembre 2012, le carnet de commandes consolidé d’Airbus était évalué à 502,7 milliards d’euros (fin 2011 : 495,5 milliards d’euros).

Le carnet de commandes d’Airbus Commercial s'est établi à 482,0 milliards d’euros (fin 2011 : 475,5 milliards d’euros), avec 4 414 appareils (fin 2011 : 4 437 appareils), et représentait environ sept années de production.

Le carnet de commandes d’Airbus Military a totalisé 236 appareils, soit 21,8 milliards d’euros (fin 2011 : 21,3 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a progressé de 19 %, pour s’établir à 4 116 millions d’euros (9M 2011 : 3 458 millions d’euros), essentiellement grâce à une augmentation des livraisons de Super Puma, à une hausse des activités de support et de réparation, et à la prise en compte de la consolidation de Vector Aerospace.

Le premier lot de 4 hélicoptères Tigre en configuration ASGARD pour un déploiement en Afghanistan a été livré au gouvernement allemand ce trimestre, conformément au calendrier établi. Au total, 300 hélicoptères ont été livrés (9M 2011 : 323 hélicoptères).

L'EBIT* de la Division a enregistré une hausse de 76 % à 277 millions d'euros (9M 2011 : 157 millions d’euros). L’EBIT* des neuf premiers mois de 2011 comprenait une charge nette de 120 millions d’euros. Par conséquent, l’EBIT* avant éléments non récurrents d’Eurocopter est stable par rapport à 2011, l’effet de mix favorable au niveau des activités commerciales et des services, dont Vector, ayant été annulé par une hausse des ventes d’équipement militaire et de l’activité de Recherche et Développement.

La Division poursuit ses négociations à enjeux importants avec plusieurs acheteurs de NH90 et de Tigre cherchant à réduire les livraisons. Les discussions restent ouvertes.

En étroite collaboration avec les autorités chargées de l’enquête, Eurocopter se consacre entièrement à l’analyse et à la neutralisation des éléments ayant provoqué les incidents sur le Super Puma et l’Écureuil B3e.

Au cours des neuf premiers mois de 2012, les prises de commandes nettes d’Eurocopter ont grimpé à 286 contre 259 pour la même période de l’année dernière. La valeur des commandes a fortement augmenté par rapport à l’année précédente, essentiellement en raison d’un effet de mix favorable au niveau de l’EC175 et du Super Puma, et de la consolidation de Vector Aerospace.

Au troisième trimestre, Eurocopter a finalisé d’importantes commandes dans les secteurs des services médicaux d’urgence pour Med-Trans Corporation et de la sécurité civile pour le gouvernement kazakh.

Le carnet de commandes d’Eurocopter a connu une légère baisse à 13,3 milliards d’euros (fin 2011 : 13,8 milliards d’euros), avec 1 062 hélicoptères (fin 2011 : 1 076 hélicoptères).

Le chiffre d’affaires d’Astrium a progressé de 14 % au cours des neuf premiers mois de 2012, à 3 934 millions d’euros (9M 2011 : 3 440 millions d’euros), essentiellement sous l’effet de l’intégration du groupe Vizada.

L’EBIT* a progressé de 16 % à 191 millions d’euros (9M 2011 : 165 millions d’euros), malgré une hausse des dépenses de Recherche et Développement par rapport à l’année dernière. La progression de l’EBIT* s’explique par la hausse de la marge opérationnelle grâce au programme de transformation AGILE qui s’est traduit par une hausse de l’efficacité et de la productivité, ainsi que par la contribution positive de Vizada.

Les prises de commandes d’Astrium ont atteint 2,9 milliards d’euros pour les neuf premiers mois de 2012 (9M 2011 : 2,3 milliards d’euros), soit une hausse de 23 % par rapport à l’année précédente. Cette performance s’explique par un niveau d’activité soutenu dans le secteur des services.

Astrium a fait preuve de constance dans l’exécution de ses programmes au troisième trimestre, avec trois lancements d’Ariane 5 se traduisant par le 51ème lancement consécutif réussi. Trois satellites construits par Astrium ont été lancés au cours de ce trimestre et la mission du troisième véhicule de transfert automatique (ATV) a été couronnée de succès.

Le Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui devrait se réunir les 20 et 21 novembre à Naples en Italie, devrait communiquer des perspectives claires sur l'orientation à venir des programmes spatiaux européens.

Fin septembre 2012, le carnet de commandes d’Astrium s’élevait à 13,8 milliards d’euros (fin 2011 : 14,7 milliards d’euros).

Cassidian
a enregistré un chiffre d’affaires de 3 484 millions d’euros (9M 2011 : 3 419 millions d’euros), dans la lignée de l’exercice précédent, tandis que l'EBIT* s’affiche comme prévu en baisse, à 156 millions d’euros (9M 2011 : 170 millions d’euros). La baisse des investissements autofinancés de Recherche et Développement a été compensée par le maintien d’investissements consacrés au déploiement mondial et à la transformation de la Division.

La nomination d’une nouvelle équipe dirigeante en septembre a pour but de réduire la complexité de l’organisation, d’améliorer les marges et de renforcer l’internationalisation.

Une révision complète de la structure de coûts et de l'amélioration de l'exécution des contrats a été initiée et devrait se terminer avant la fin de l'année.

Les prises de commandes de Cassidian se sont élevées à 3,4 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année. Cette forte hausse par rapport à l’année dernière (9M 2011 : 2,6 milliards d’euros) a été réalisée malgré un environnement de marché difficile et s’explique principalement par la rentabilité des activités d’Eurofighter et de MBDA.

Cassidian continue d’explorer les opportunités à l’exportation pour l’Eurofighter au Moyen-Orient et en Asie.

Au troisième trimestre, Cassidian a finalisé l'acquisition de Rheinmetall Airborne Systems. Par ailleurs, la Division a finalisé l’acquisition d’une participation de 75,1 % de l’activité Optronique de Carl Zeiss en octobre 2012.

Fin septembre 2012, le carnet de commandes de Cassidian s’élevait à 15,9 milliards d’euros (fin 2011 : 15,5 milliards d’euros).

Siège et Autres Activités (non rattachées à une Division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités a progressé de 28 %, à 1 067 millions d’euros (9M 2011 : 833 millions d’euros), principalement sous l’effet de hausses de volumes chez EADS North America et ATR.

L’EBIT* des Autres Activités s’est établi en baisse à 15 millions d’euros (9M 2011 : 20 millions d’euros).

L’EBIT* des neuf premiers mois de 2011 incluait une plus-value de 10 millions d’euros à la suite de la cession de Defense Security and Systems Solutions – DS3 – par EADS North America.

L’EBIT* avant éléments non récurrents a ainsi progressé de 5 millions d’euros grâce à la meilleure rentabilité de l’activité d’aménagement de cabines de Sogerma et à la hausse de l’activité chez EADS North America.

ATR a reçu 15 commandes nettes sur la période (9M 2011 : 145, dont les commandes exceptionnelles enregistrées lors du salon du Bourget) et a livré 37 appareils (9M 2011 : 30). Le carnet de commande d’ATR totalisait 202 appareils fin septembre.

EADS North America a organisé une démonstration en vol pour le programme d’hélicoptères Armed Aerial Scout de l’armée américaine.
Fin septembre 2012, le carnet de commandes des Autres Activités était en baisse à 2,7 milliards d’euros (fin 2011 : 3,0 milliards d’euros).

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur-clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » désigne des éléments comme les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion d’EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions.
EADS est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2011, le Groupe – qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – a dégagé un chiffre d’affaires de 49,1 milliards d’euros avec un effectif de plus de 133 000 personnes.
 

Contacts :

Rod Stone
International Media Relations
Airbus Group
 
Tel.: +33 1 42 24 27 75
Fax: +33 1 42 24 23 28
Matthieu Duvelleroy
Media Relations France
Airbus Group
 
Tel.: +33 1 42 24 24 25
Fax: +33 1 42 24 23 28
Gregor von Kursell
Corporate Media Relations Germany
Airbus Group
 
Tel.: +49 89 60 73 42 55
Fax: +49 89 60 72 74 35

http://twitter.com/EADSpress

Un dossier sur les résultats financiers d'EADS est disponible sur :
www.eads.com/dossiers-presse-finances

Vous pouvez vous inscrire à notre RSS Feed sur www.eads.com/RSS. Vous trouverez plus d’informations sur EADS – des photos, vidéos, bandes son, documents support – sur www.eads.com/press et www.eads.com/broadcast-room.

Point presse :

Téléconférence en direct sur Internet destinée aux analystes

Vous pouvez écouter aujourd’hui à 10h30 CET la téléconférence avec les analystes donnée par Harald Wilhelm, Directeur financier d’EADS, sur le site Internet d’EADS www.eads.com.

Cliquez sur la bannière située sur la page d’accueil. Une version enregistrée sera disponible après la transmission en direct.
 

EADS – Résultats des neuf premiers mois de 2012
(en euros)




 



 

EADS –  Résultats du troisième trimestre (T3) 2012
(en euros)


Le chiffre d'affaires du troisième trimestre 2012 a progressé de 15 % par rapport à la même période de 2011, essentiellement sous l’effet de la hausse des volumes et d’un impact de change favorable chez Airbus Commercial, ainsi que de l’intégration de Vizada dans le périmètre d’Astrium.

L’EBIT* du troisième trimestre 2012 s’est amélioré de 67 %, à 537 millions d’euros, principalement grâce à Airbus Commercial et Eurocopter. Chez Airbus Commercial, la performance sous-jacente solide et l’impact positif de l’amélioration des taux de couverture ont plus que compensé la charge de 76 millions d’euros enregistrée suite à la clôture du programme de Hawker Beechcraft.



 

Notes de bas de page:

  1. Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels.
  2. Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d'acquisition et éléments exceptionnels.
  3. EADS continue d’employer le terme « Résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.
  4. Le résultat net avant éléments non récurrents correspond au résultat net hors éléments non récurrents de l’EBIT*. Il n’inclut pas les autres éléments du résultat financier (à l’exception de l’actualisation des provisions) et tous les effets fiscaux sur les éléments mentionnés. Le résultat net* avant éléments non récurrents correspond au résultat net avant éléments exceptionnels et écarts d’acquisition non récurrents, nets d’impôts. En conséquence, le BPA* avant éléments exceptionnels correspond au BPA fondé sur le résultat net* avant éléments exceptionnels.
  5. Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d'EADS s'entendent sur la base des prix catalogue.
  6. Les segments Airbus Commercial et Airbus Military forment la division Airbus. Les éliminations sont traitées au niveau de la Division.

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits, mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document et supposent certains risques et incertitudes, susceptibles d’induire d’importantes différences entre les résultats, performances ou événements réels et ceux anticipés dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses, parmi lesquelles : la demande de produits et services d'EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement-clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.

Ces informations prévisionnelles ne sont assorties d’aucune certitude et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative, en fonction de certains facteurs, parmi lesquels : conditions macroéconomiques, conditions de travail (notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie) ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les États ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques. Le « Document d’Enregistrement » de la Société daté du 12 avril 2012 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs. Pour plus d’informations, voir www.eads.com.