Communiqué : BAE Systems plc et EADS N.V.

N’EST PAS DESTINE A ETRE DIFFUSE, NI PUBLIE, NI DISTRIBUE, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT (EN TOUT OU PARTIE), AUPRES DE, AU SEIN DE, OU EN PROVENANCE D’UNE QUELCONQUE JURIDICTION, SOUS PEINE DE VIOLER LES LOIS APPLICABLES DE LADITE JURIDICTION

Leiden, Pays-Bas / Londres, Royaume-Uni10 octobre 2012

Fin des discussions en faveur d’une éventuelle fusion de BAE Systems et d’EADS

A la suite des communiqués diffusés le 12 septembre 2012 par BAE Systems plc (« BAE Systems ») et EADS N.V. (« EADS ») au sujet d’un éventuel rapprochement de leur entreprise respective au sein d’une structure à double cotation, BAE Systems et EADS annoncent aujourd’hui avoir décidé de mettre fin à leurs discussions.

BAE Systems et EADS étaient convaincus que cette fusion reposait sur une logique industrielle saine et représentait une occasion de réunir deux entreprises robustes et prospères au sein d’une entité dont la valeur aurait été supérieure à la somme de ses parts. Ce rapprochement aurait créé une entité combinée encore plus forte sur le plan de la compétitivité et de la croissance dans les secteurs de l’aéronautique, de l’espace et de la défense, et qui aurait apporté d’importantes plus-values à l’ensemble des parties prenantes. Les discussions menées avec les gouvernements concernés n’ont pas atteint le point où les deux entreprises auraient pu dévoiler pleinement les avantages et le montage industriel détaillé de cette fusion. BAE Systems et EADS ont cependant bon espoir que la démarche engagée aura envoyé un signal fort à leurs actionnaires.

S’agissant des deux entreprises elles-mêmes, BAE Systems et EADS avaient décidé des principales conditions de cette fusion, sous réserve de l’approbation de leur Conseil d’administration respectif, à savoir :

  • Les modalités commerciales de la fusion ;
  • La structure juridique de la fusion ;
  • Le mode de gouvernance qui aurait permis à la nouvelle entité de fonctionner comme une structure commerciale ordinaire ;
  • Une structure unifiée de la direction et du Conseil d’administration ;
  • La stratégie opérationnelle conjointe ;
  • La politique de dividende à court terme ;
  • Le programme de réinvestissement des bénéfices d’exploitation et des réductions de coûts du nouvel ensemble, et le plan de mise en oeuvre associé.


Dès leurs premières discussions et tout au long du processus, BAE Systems et EADS avaient tous deux clairement indiqué qu’un tel rapprochement ne serait envisagé qu’à la condition que la transaction recueille le consensus d’intérêts des partenaires de chaque partie, ainsi que leur soutien respectif. BAE Systems et EADS ont travaillé de façon constructive pour édifier une telle structure. En dépit d’un profond engagement constructif et professionnel auprès des gouvernements concernés au cours de ces dernières semaines, il est apparu évident que les intérêts des gouvernements de tutelle des parties n’étaient pas compatibles entre eux, ni avec les objectifs que BAE Systems et EADS s’étaient fixés pour s’unir. BAE Systems et EADS ont par conséquent décidé qu’il était dans le meilleur intérêt de leur entreprise et de leurs actionnaires de clore les discussions, et de se recentrer sur leurs stratégies respectives.

Ian King, Président exécutif (CEO) de BAE Systems, a déclaré aujourd’hui : « Nous sommes naturellement déçus de ne pas être parvenus à un accord acceptable avec nos différents gouvernements de tutelle. Nous étions pourtant convaincus qu’une telle fusion offrirait une occasion unique à BAE Systems et EADS de conjuguer deux entreprises complémentaires de classe mondiale pour créer le plus grand groupe au monde du secteur de l’aérospatiale, de la défense et de la sécurité.
Cela dit, notre entreprise demeure performante et financièrement robuste. Nous restons confiants quant aux opportunités qui existent pour notre offre de platesformes et de services, ainsi qu’aux perspectives des différents marchés internationaux sur lesquels nous opérons. Nous allons continuer d’oeuvrer au profit de nos actionnaires, notamment au travers d’une politique de dividende évolutive, et d’envisager l’avenir avec sérénité ».

Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’EADS, a déclaré pour sa part : « J’aimerais remercier toutes celles et ceux qui nous ont appuyés, en particulier l’ensemble des collègues de BAE Systems et d’EADS, pour leur travail sans relâche et leur engagement en faveur de ce projet au cours de ces derniers mois. Je tiens à remercier tout spécialement Ian King pour sa confiance et son concours. Il est évidemment regrettable que nous n’ayons pas réussi, mais je suis heureux que nous ayons essayé. Je suis certain que nous pourrons envisager à l’avenir de relever ensemble d’autres défis. Pour l’heure, EADS va poursuivre sa stratégie de développement international et de transformation. Nos actionnaires peuvent continuer à compter sur nous pour produire une croissance profitable, générer d’excellents flux de trésorerie et exécuter des programmes basés sur un solide carnet de commandes ».

Pour toute demande d’information :

BAE Systems

Pour les investisseurs :
Andrew Wrathall, Directeur des Relations Investisseurs Tél. : +44 (0) 1252 383 455
Pour les médias :
Charlotte Lambkin, Directeur de la Communication Groupe Tél. : +44 (0) 78 0171 7739
John Suttle, Vice-Président-Directeur de la Communication Tél. : +1 (703) 344 8508

EADS

Pour les médias :
Rainer Ohler, Directeur de la Communication Groupe Tél. : +33 (0)5 81 91 81 38
Martin Agüera, Directeur par intérim des Relations Médias Tél. : +49 (0)89 607 34735
Matthieu Duvelleroy, Relations Médias France Tél. : +33 (0)1 42 24 24 25

Pour les investisseurs et analystes :
Philippe Balducchi, Directeur des Relations Investisseurs Tél. : +33 (0) 1 42 24 28 00 Julie Kitcher, Institutionnels et Analystes Tél. : +33 (0) 1 42 24 26 36

Ce communiqué, diffusé avec l’approbation d’EADS, est conforme à la Règle 2.8 du Code britannique régissant les offres publiques d’achat (le « Takeover Code » de la City). Un exemplaire du présent communiqué sera mis en ligne sur les sites web de BAE Systems (www.baesystems.com) et d’EADS : www.eads.com.
 

Ce communiqué ne constitue pas une offre d’instruments financiers ou une incitation à acheter ou souscrire des valeurs mobilières aux Etats-Unis. Aucune valeur mobilière ne peut être offerte ou vendue aux Etats-Unis en l’absence d’enregistrement au titre de l’US Securities Act de 1933, telle qu’amendée (la loi « Securities Act »), ou d’une quelconque autre exemption, ou en vertu d’une transaction non assujettie, aux exigences d’enregistrement au titre de ladite Securities Act. Aucune offre publique d’instruments financiers ne sera réalisée aux Etats-Unis. Les détenteurs d’actions BAE Systems ou d’EADS possédant la nationalité américaine et résidant sur le territoire américain sont invités à lire tous les documents y afférents, tel que fournis ou déposés auprès de la SEC en raison des importantes informations qu’ils contiennent. Tous les documents fournis ou déposés auprès de la SEC seront disponibles gratuitement sur le site web de la SEC à l’adresse suivante : www.sec.gov.

 

 

Downloads

Press Release

PDF