Perspectives EADS mars 2011

Situation au 9 Mars 2011

  Objectifs
Chiffre d'affaires                                 supérieur au niveau de 2010 (1.35 $/€) 
Livraisons d'Airbus 520 à 530 avions commerciaux
Commandes d'Airbus
(brutes)
supérieur aux livraisons de 2011
EBIT* avant éléments
non-récurrents
stable par rapport à 2010
(1,3 milliard d'euros)
BPA supérieur à celui de 2010 (0,68 euro)
Flux de trésorerie disponible    positif

 

Les perspectives d’EADS pour l’exercice 2011 reposent sur une hypothèse
de 1 € pour 1,35 $ US comme taux moyen et de clôture.

En 2011, Airbus prévoit de livrer 520 à 530 avions commerciaux, avec un
niveau de commandes brutes supérieur aux livraisons.

Le chiffre d’affaires 2011 devrait être supérieur au chiffre d’affaires de
l’exercice 2010.

EADS s’attend à ce que l’EBIT* avant éléments non-récurrents en 2011 reste
stable par rapport à 2010, à environ 1,3 milliard d’euro. La hausse des
volumes et des prix chez Airbus Commercial est globalement compensée par
la dégradation des taux de couverture, l’augmentation des dépenses de R&D
et un mix-produits moins favorable chez Cassidian.

À l’avenir, la performance de l’EBIT* reporté et du BPA d’EADS dépendra de
la capacité du Groupe à exécuter les programmes A400M, A380 et
A350XWB en respectant les engagements pris envers ses clients.

L’EBIT* reporté et le BPA dépendent également de l’évolution des taux de
change.

Sur une hypothèse de 1 € pour 1,35 US $, le Groupe prévoit en 2011 un BPA
supérieur à celui de 2010 qui s’élevait à 0,68 euro.

EADS s’attend à un flux de trésorerie disponible positif en 2011. Comme il
s’agit là du poste le plus volatil, EADS précisera plus tard dans l’année ses
perspectives à ce sujet.

En 2012, le Groupe devrait enregistrer une nette amélioration de son EBIT*
avant éléments non-récurrents, grâce à une hausse des volumes, à de
meilleurs prix et à une amélioration de la performance de l’A380 chez Airbus.
 

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne les recettes ou les dépenses de nature non récurrente, telles que les charges d’amortissement de réévaluation d’actifs, relative à la constitution d’EADS par fusion, à la formation d’Airbus S.A.S. et de MDBA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles d’écarts d’acquisition.

 

En plus de ces informations historiques, ce site Internet présente les perspectives du Groupe. L'emploi de termes tels que "anticiper", "s'attendre à", "estimer", "envisager", planifier", "prévoir", "croire" et du conditionnel souligne le caractère aléatoire des ces prévisions. Les commentaires sur la stratégie sont également soumis aux risques et aux incertitudes. Ces déclarations dépendent d'hypothèses de contrats futurs, de développement et de stratégies et se fondent sur des analyses ou des prévisions de résultats futurs et d'estimations de montant non déterminable actuellement. Ces perspectives ne représentent le point de vue d'EADS qu'à la date où elles ont été émises. EADS refuse toute obligation de mettre à jour ces informations, sauf contraintes légales. Ces prévisions sont sujettes à des risques connus et inconnus, à des incertitudes et à d'autres facteurs pouvant entraîner une différence avec les futurs résultats et performances d'EADS. Ces facteurs susceptibles d'influer sur les performances futures du Groupe incluent la situation économique générale, les conditions de marché, les taux de change ainsi que ceux décrits dans le Document d'enregistrement 2009 d'EADS - Section: Facteurs de Risque.