Objectifs
Chiffre d'affaires

Proche de son niveau de 2008 

(1.39 $/€)

Livraisons d'Airbus autour de 490 appareils
Commandes d’Airbus (brutes) à 300 appareils
EBIT* aucune estimation

 EBIT* avant éléments exceptionnels

2 milliards d’euros environ

Flux de trésorerie disponible 

après financement-client

moins d'1 milliard d'euros 

(hors impact A400M)

 

Comme dans de nombreux secteurs industriels, le contexte macroéconomique, marqué notamment par la récente hausse des cours du pétrole, a eu des répercussions sur la situation financière des clients d’EADS dans le secteur civil. Cette détérioration fait peser un risque sur les perspectives des livraisons d’avions commerciaux. Le Groupe envisage néanmoins avec prudence une amélioration des conditions de l’économie et du marché au cours des prochains mois.

Se projetant sur 2010, le groupe continue à gérer avec prudence ses taux de production dans un marché atone. La réalisation des économies Power8, un meilleur niveau de prix et de nouveaux progrès dans l'espace et la défense subiront la pression de la détérioration des taux de couverture et des incertitudes autour de l'A380 et si elles ne sont pas résolues en 2009 de celles autour de l'A400M.

Les chiffres d’octobre 2009 confirment également qu’après avoir atteint son plus le plus bas, le cycle du transport de fret et passagers commence à rebondir, notamment dans les pays émergents. À travers le monde, le transport de passagers a augmenté pour la première fois depuis novembre 2008.

Du point de vue économique, le fléchissement persistant du dollar, sans pour autant constituer une menace imminente à court terme du fait de la politique de couverture à long terme du Groupe et de ses initiatives de réductions des coûts, fait peser un risque sur la performance d’EADS en raison de l’affaiblissement du carnet de couvertures au fil du temps. Le niveau du dollar à long terme est un facteur important de la puissance bénéficiaire d’EADS dans les années à venir.

Sur un marché difficile, EADS maintient son estimation du nombre de ses nouvelles commandes brutes, à 300 appareils en 2009. Les taux de production restent stables. En 2009, les livraisons devraient se situer autour de 490 appareils. En 2010, EADS est encore en train de travailler avec ses clients afin d’arrêter des perspectives de livraison complètes, programme A380 compris. Sur la base du taux de 1 € = 1,39 $ (utilisé dans notre précédente indication de perspectives), comme taux au comptant moyen, le chiffre d’affaires d’EADS en 2009 devrait être proche de son niveau de 2008. Toute nouvelle dégradation des taux de change au quatrième trimestre pourrait cependant entraîner une légère diminution du chiffre d’affaires du Groupe.

En raison des incertitudes en cours sur le montant des charges potentielles liées aux programmes A400M et A380 au quatrième trimestre, EADS n’est pas en mesure de donner une estimation concernant son EBIT* pour l’ensemble de l’exercice. Dans l’hypothèse d’un scénario de maintien du programme, lequel semble le plus probable, la provision au titre du programme A400M pour lequel 2,4 milliards d’euros ont déjà été passés en charges peut déboucher sur un large éventail de possibilités selon l’évolution du processus de négociation et pourrait considérablement affecter dans l’avenir les comptes d’EADS.

L’EBIT* avant éléments exceptionnels pour l’ensemble de l’année 2009 devrait s’élever à 2 milliards d’euros environ. Dans un contexte difficile, la gestion du flux de trésorerie du Groupe continue à donner de meilleurs résultats que prévu avec une consommation de flux de trésorerie maintenant attendue à un niveau inférieur à 1 milliard d’euros (hors A400M) y compris un besoin de financement-clients plus faible qu’anticipé.

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur clé de ses performances économiques. Le terme « éléments exceptionnels » désigne les recettes ou les dépenses de nature non récurrente, telles que les charges d’amortissement de réévaluation d’actifs, relative à la constitution d’EADS par fusion, à la formation d’Airbus S.A.S. et de MDBA, ainsi que les dépréciations exceptionnelles d’écarts d’acquisition.

 

En plus de ces informations historiques, ce site Internet présente les perspectives du Groupe. L'emploi de termes tels que "anticiper", "s'attendre à", "estimer", "envisager", planifier", "prévoir", "croire" et du conditionnel souligne le caractère aléatoire des ces prévisions. Les commentaires sur la stratégie sont également soumis aux risques et aux incertitudes. Ces déclarations dépendent d'hypothèses de contrats futurs, de développement et de stratégies et se fondent sur des analyses ou des prévisions de résultats futurs et d'estimations de montant non déterminable actuellement. Ces perspectives ne représentent le point de vue d'EADS qu'à la date où elles ont été émises. EADS refuse toute obligation de mettre à jour ces informations, sauf contraintes légales. Ces prévisions sont sujettes à des risques connus et inconnus, à des incertitudes et à d'autres facteurs pouvant entraîner une différence avec les futurs résultats et performances d'EADS. Ces facteurs susceptibles d'influer sur les performances futures du Groupe incluent la situation économique générale, les conditions de marché, les taux de change ainsi que ceux décrits dans le Document d'enregistrement 2009 d'EADS - Section: Facteurs de Risque.