Perspectives Airbus Group en 2014

Situation au 26 février 2014

  Objectifs au 26 février 2014
Chiffre d'affaires stable (59 Milliards d'€ en 2013)
Livraisons d'Airbus 620-630
Commandes d'Airbus (brutes) supérieures aux livraisons
Flux de trésorerie disponible
(avant acquisitions, après financement-client)
équilibré (à 1€=1,35$)

 

Pour fonder les perspectives de l'entreprise en 2014, Airbus Group table sur des taux de croissance de l'économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l'absence de perturbation majeure.

En 2014, le nombre des livraisons d'Airbus devrait être similaire à celui de 2013, en tenant compte de la livraison des premiers A350 XWB. Le nombre de commandes brutes devrait être supérieur aux livraisons.

Sur la base d’un taux de change de 1 € pour 1,35 US $, le chiffre d’affaires d'Airbus Group devrait être stable par rapport à 2013.

En se référant à l'EBIT* avant éléments non récurrents, Airbus Group prévoit une rentabilité opérationnelle modérée en 2014 et confirme un objectif de rentabilité opérationnelle de 7 à 8 % en 2015.
La performance de l'EBIT* et du bénéfice par action* d'Airbus Group dépendra de la capacité du Groupe à limiter les charges non récurrentes.
Selon les hypothèses actuelles, les futurs éléments non-récurrents devraient se limiter aux charges éventuelles liées au programme A350 XWB et aux effets de change sur l'écart de paiement avant livraison et les réévaluations bilancielles.

Le programme A350 XWB demeure très ambitieux. Toute modification du calendrier et des hypothèses de coûts pourrait avoir un impact croissant sur les provisions.

Airbus Group cible un flux de trésorerie disponible équilibré avant acquisitions en 2014.
 

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur-clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » se réfère aux éléments, tels que les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions