Astrium étudie le traitement des gros débris spatiaux

17 avril 2013

  • L’étude conduite pour le compte du CNES, l’agence spatiale française, dans le cadre du programme OTV (Orbit Transfer Vehicle), doit permettre de réfléchir à la récupération de gros débris dans l’Espace d’ici 2020
  • Il s’agit d’étudier le développement de véhicules spatiaux permettant de récupérer des gros débris dans l’Espace
  • Les gros débris spatiaux sont connus et surveillés mais leur désorbitation est cruciale pour une gestion durable de l’Espace

Astrium, numéro un européen des technologies et systèmes spatiaux, a reçu du CNES, l’agence spatiale française, un contrat d’étude visant à consolider des concepts et des technologies déjà existants et à les rendre utilisables pour traiter un certain nombre de débris spatiaux de grande taille, comme des étages de lanceurs ou des satellites en fin de vie.

Cette étude, baptisée « maturation de concepts et technologies pour traitement des débris », est menée dans le cadre du programme OTV (Orbit Transfer Vehicle) du CNES. Elle doit permettre d’identifier et de proposer des logiques de développement de concepts de véhicules spatiaux par le développement, en deux temps, d’un démonstrateur technologique, baptisé OTV-DEMO/X, puis d’un démonstrateur système, baptisé OTV-DEMO/Y.

Le développement de ces véhicules devrait être mené dans un contexte de coopération internationale, qui conduira Astrium à mettre en place, dès cette phase d’étude, des partenariats qui seront consolidés au fur et à mesure de l’évolution du programme OTV. Les partenaires d’Astrium pour cette étude sont : Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL, Grande-Bretagne), une filiale d’Astrium, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL, Suisse), Bertin Technologies (France) et Oceaneering Space Systems (Etats-Unis).

L’étude confiée à Astrium fait suite à une autre étude réalisée en 2011, qui a déjà permis de définir un certain nombre de concepts de base. Ces concepts doivent maintenant être consolidés, triés et approfondis. Les plus prometteurs seront retenus pour voir évalués leur coût et leur calendrier de développement.

Récupérer des débris spatiaux « non coopératifs » est une tâche complexe, car il faut les identifier et s’en approcher. Il faut ensuite évaluer leur état de vieillissement après plusieurs dizaines d’années dans l’Espace, ainsi que leur orbite générale et, enfin, les capturer avec le moyen adéquat pour les désorbiter.

« A travers cette nouvelle étude, Astrium contribue à résoudre un challenge important pour l’ensemble des utilisateurs de l’Espace » souligne Alain Charmeau, CEO d’Astrium Space Transportation. « En mobilisant toutes nos ressources industrielles aux côtés de celles des agences nationales, nous proposerons des solutions et des technologies innovantes capables de résoudre la question des débris spatiaux et, ainsi, d’assurer un développement durable pour l’aventure spatiale ».

Des études récentes de l’Agence Spatiale Européenne et de la NASA ont montré que le nombre de débris spatiaux, notamment en orbite basse (LEO), peut conduire à un effet de collision en cascade, baptisé effet Kessler, qui rendrait difficile toute activité spatiale d’ici une cinquantaine d’années. Ces mêmes études considèrent qu’on stabiliserait cet effet en retirant, dès 2020, entre cinq et 10 gros débris spatiaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’étude OTV confiée à Astrium.

 

 

A propos d’Astrium

 

Astrium est la première entreprise européenne de technologies spatiales et la troisième mondiale. Elle est la seule entreprise au monde à couvrir la gamme complète des systèmes, équipements et services spatiaux civils et militaires.

En 2012, Astrium a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 5,8 milliards d’euros avec 18 000 employés dans le monde entier.

Ses trois principaux domaines d’activité s’articulent autour des divisions Astrium Space Transportation, maître d’œuvre européen pour les lanceurs, les systèmes orbitaux et l’exploration spatiale ; Astrium Satellites, l’un des principaux fournisseurs de solutions de systèmes satellitaires, tels que satellites, segments sol, charges utiles et équipements ; et Astrium Services, partenaire de services spatiaux pour les missions critiques, et fournisseur de solutions fixes et mobiles complètes couvrant les satcoms et réseaux commerciaux sécurisés, ainsi que les services sur mesure de géo-information pour le monde entier.

Astrium est une filiale à 100 % du Groupe EADS, leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2012, le Groupe - qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter - a réalisé un chiffre d’affaires de 56,5 milliards d’euros, avec un effectif de plus de 140 000 personnes.

Contacts presse :

Jeremy Close
Media Relations UK
Astrium United Kingdom
 
Tel.: +44 1 438 77 3872
Gregory Gavroy
Astrium France
Media Relations France
 
Tel.: +33 (0) 1 77 75 80 32
Ralph Heinrich
Media Relations Germany
Airbus Defence and Space Germany
 
Tel.: +49 89 60 73 39 71
Fax: +49 89 60 78 53 39
Francisco Lechon
Media Relations Spain
Airbus Defence and Space Spain
 
Tel.: +34 91 5 86 37 41
Fax: +34 91 5 86 37 82
 

Downloads

Press Release

PDF

DÉCOUVREZ EADS DANS LE MAGAZINE UP

DÉCOUVREZ EADS DANS LE MAGAZINE UP

Vous souhaitez découvrir les dernières innovations du Groupe EADS? C’est possible grâce aux articles de fond, vidéos et graphiques interactifs publiés dans «UP magazine». Lire le dernier numéro d’UP magazine DÉCOUVREZ EADS DANS LE MAGAZINE UP