Dynamisme soutenu : EADS publie des résultats solides pour le premier semestre (S1) 2012

Leyde27 juillet 2012

• EADS revoit à la hausse ses prévisions grâce à une solide performance sous-jacente
• Le chiffre d’affaires augmente de 14 % pour atteindre 24,9 milliards d’euros
• L’EBIT* avant éléments non-récurrents est en hausse de 89 % à 1,4 milliard d’euros
• Le résultat net* avant éléments non-récurrents(4) augmente à 814 millions d’euros ; le résultat net augmente à 594 millions d’euros
• Le flux de trésorerie disponible s’établit à -1,8 milliard d’euros, reflétant une hausse des stocks due à l'accélération de la production et à un profil de livraisons plus important au second semestre
• De nouveaux contrats de couverture de 19 milliards de dollars américains améliorent la stabilité financière
• Mise en service de l’A350 XWB au second semestre 2014 ; comptabilisation d’une charge de 124 millions d’euros reflétant un retard constaté de trois mois environ
 

EADS (symbole boursier : EAD) affiche des résultats solides, supérieurs aux prévisions, pour le premier semestre 2012. Au cours des six premiers mois de l’année, les prises de commandes(5) se sont élevées à 28,2 milliards d’euros, sous l’effet des commandes enregistrées par Eurocopter, Astrium, Cassidian et Airbus Military, ainsi que du maintien du dynamisme commercial chez Airbus. À fin juin, le carnet de commandes(5) d’EADS atteignait un niveau record de 551,7 milliards d’euros, synonyme de stabilité et de visibilité dans le contexte macro-économique actuel. Le chiffre d’affaires s’est établi à 24,9 milliards d’euros. L’EBIT* avant éléments non-récurrents, qui s'élève à environ 1,4 milliard d’euros, a bénéficié d’une solide performance sous-jacente. L’EBIT* reporté atteint 1,1 milliard d’euros, en nette hausse par rapport à 2011. La position de trésorerie nette s’est élevée à 9,7 milliards d’euros.

« Le Groupe a réalisé une bonne performance au cours du premier semestre et nos résultats financiers confirment un dynamisme soutenu. La nouvelle équipe dirigeante s’accorde sur un objectif de rentabilité accrue en se concentrant pleinement sur l’exécution des programmes. Nos efforts porteront également sur la poursuite de l'intégration d'EADS et de son déploiement à l'échelle mondiale. Dans ce sens, nous avons franchi une étape majeure en décidant de créer une ligne d’assemblage final pour les appareils Airbus aux États-Unis », a déclaré Tom Enders, Président exécutif d'EADS. « Nos programmes clés, en particulier chez Airbus, font toujours l’objet de notre attention la plus vive. Concernant l’A350 notamment, la maturité des parties livrées pour l’assemblage final est essentielle puisque nous préparons une montée en puissance robuste de la production. »

Au premier semestre 2012, le chiffre d’affaires d’EADS a progressé de 14 %, à 24,9 milliards d’euros (S1 2011 : 21,9 milliards d’euros), porté par une croissance enregistrée dans toutes les Divisions. Les sociétés acquises en 2011 ont contribué à hauteur de 800 millions d’euros environ dans cette croissance. Au premier semestre, les livraisons se sont maintenues à un niveau élevé, avec 279 avions chez Airbus Commercial et 198 hélicoptères chez Eurocopter. En juillet, Astrium a réalisé le 49ème lancement consécutif réussi d’Ariane 5.

L’EBIT* avant éléments non-récurrents (indicateur de la marge commerciale sous-jacente, excluant les charges et bénéfices non récurrents induits par les variations des provisions ou des effets de change) s’est élevé à environ 1,4 milliard d’euros (S1 2011 : 0,7 milliard d’euros environ) pour EADS et à 830 millions d’euros environ pour Airbus (S1 2011 : 310 millions d’euros environ). La hausse par rapport à la même période de l’année dernière s’explique par de meilleurs résultats d’Airbus Commercial, d’Eurocopter et d’Astrium. L’amélioration de la performance opérationnelle chez Airbus Commercial résulte entre autres d’un effet positif en termes de volumes et de prix. La performance d’Eurocopter reflète les effets de volumes et de mix au sein des activités commerciales et de support, tandis que chez Astrium, la croissance s'explique par une meilleure productivité et l'intégration de Vizada.

Au cours du premier semestre 2012, EADS a renforcé ses activités de couverture et a mis en place de nouveaux contrats à hauteur de 19,2 milliards de dollars américains, à un taux moyen de 1 € = 1,31 US $, améliorant ainsi la stabilité de la performance financière du Groupe. À fin juin, le portefeuille total de couverture d’EADS s’élevait à 84,1 milliards de dollars américains.

L’EBIT* reporté d’EADS a progressé de 91 %, à 1 078 millions d’euros (S1 2011 : 563 millions d’euros), grâce à l’amélioration de l’EBIT* avant éléments non récurrents.

Au cours du premier semestre 2012, les variations de change du dollar américain et les réévaluations bilancielles ont eu un impact positif d’environ 20 millions d’euros sur l’EBIT*.

Avec la mise en service de l’A350 XWB au second semestre 2014, Airbus Commercial a comptabilisé au deuxième trimestre une charge de 124 millions d’euros reflétant le retard constaté de trois mois environ.

La solution aux problèmes de fissures sur les pieds de nervure des voilures de l’A380 est en cours de développement. Le montant total des charges enregistrées au premier semestre 2012 au titre des A380 déjà livrés s’est élevé à 181 millions d’euros, dont 23 millions d’euros enregistrés au deuxième trimestre.

Le résultat net a fortement progressé pour s’établir à 594 millions d’euros (S1 2011 : 109 millions d’euros), soit un bénéfice par action de 0,73 euro (BPA du S1 2011 : 0,13 €). Le résultat net* avant éléments non-récurrents(4) a augmenté à 814 millions d’euros (S1 2011 : 389 millions d’euros), reflétant la solide performance sous-jacente.

Le résultat financier est de -239 millions d’euros (S1 2011 : -366 millions d’euros).

Le montant des intérêts, de -143 millions d’euros (S1 2011 : -97 millions d’euros), s’est détérioré par rapport au niveau de 2011, essentiellement en raison de plus faibles produits d’intérêts liés à une baisse du solde de trésorerie moyen et des taux d’intérêt par rapport à l’année dernière.

Parallèlement, les autres éléments du résultat financier, à -96 millions d’euros (S1 2011 : -269 millions d’euros), reflètent une amélioration de l’impact de change par rapport à celui du premier semestre 2011. Ils comprennent également l’actualisation des provisions.

Les dépenses de R&D autofinancées sont restées globalement stables, à 1 425 millions d’euros (S1 2011 : 1 409 millions d’euros).

Le flux de trésorerie disponible avant financements-clients s’est établi à -1 671 millions d’euros (S1 2011 : -286 millions d’euros). La détérioration du fonds de roulement a pesé sur l’amélioration de la performance opérationnelle. Cela s’explique essentiellement par la forte hausse des stocks du fait de la montée en puissance de la production maintenue par EADS, tandis que des livraisons et des étapes majeures sont plus concentrées sur le 2ème semestre, notamment pour l’A380. Toutefois, concernant Airbus, la détérioration a été principalement enregistrée au premier trimestre 2012.

Un niveau faible de financements-clients représentant -80 millions d’euros a été réalisé au cours du premier semestre 2012.

Le niveau des investissements a augmenté par rapport à l’année dernière, essentiellement chez Airbus et Eurocopter.

Le flux de trésorerie disponible après financements-clients s’élève à -1 751 millions d’euros (S1 2011 : -184 millions d’euros).

La position de trésorerie nette d’EADS s’est élevée à 9,7 milliards d’euros (fin 2011 : 11,7 milliards d’euros), reflétant également une contribution en numéraire aux actifs des régimes de retraite de 320 millions d’euros, ainsi que le paiement d’un dividende de 370 millions d’euros environ.

Les prises de commandes(5) d’EADS se sont élevées à 28,2 milliards d’euros (S1 2011 : 58,1 milliards d’euros), reflétant le niveau élevé des commandes enregistrées par Eurocopter, Astrium, Cassidian et Airbus Military, ainsi que le maintien du dynamisme commercial chez Airbus Commercial.

À fin juin 2012, le carnet de commandes(5) du Groupe a atteint un niveau record de 551,7 milliards d’euros (fin 2011 : 541,0 milliards d’euros), synonyme de stabilité et de visibilité dans le contexte macro-économique actuel.

Le carnet de commandes d’Airbus Commercial a été amélioré grâce à l’appréciation du taux de clôture du dollar américain depuis fin 2011, avec un impact positif de 12 milliards d’euros environ.

Le carnet de commandes des activités de défense est resté stable à 51,9 milliards d’euros (fin 2011 : 52,8 milliards d’euros).

À la fin du mois de juin 2012, EADS comptait 135 634 salariés (fin 2011 : 133 115).

Perspectives

Pour fonder les perspectives d’EADS en 2012, le Groupe table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure en raison de la crise actuelle de l’euro.

Les résultats d’EADS pour le premier semestre confirment la croissance du Groupe et l'amélioration observée. Sur la base de ces dynamiques positives, EADS revoit à la hausse ses perspectives pour 2012.

En 2012, Airbus prévoit de livrer environ 580 avions commerciaux, incluant un objectif de 30 A380.

Le nombre de commandes brutes devrait être supérieur aux livraisons, entre 600 et 650 appareils.

Sur la base d’un taux de clôture de 1 € pour 1,35 US $, le chiffre d’affaires EADS pour 2012 devrait continuer à progresser de 10 % environ.

Compte tenu de la solide performance enregistrée au premier semestre, notamment chez Airbus, Eurocopter et Astrium, EADS table sur un EBIT* avant éléments non récurrents de 2,7 milliards d’euros environ pour 2012.

Sur cette base et avec des prévisions de taux d’imposition légèrement inférieur à 30 % pour l’exercice, le BPA* avant éléments non récurrents(4) d’EADS en 2012 devrait désormais s’établir à 1,95 euro environ (exercice 2011 : 1,39 euro).

À l’avenir, la performance de l’EBIT* reporté et du BPA* d’EADS dépendra de la capacité du Groupe à exécuter ses programmes complexes, tels que l’A400M, l’A380 et l’A350 XWB, en respectant les engagements pris envers ses clients.

En tablant sur un objectif de 30 livraisons d’A380, EADS devrait continuer à dégager un flux de trésorerie disponible positif après financements-clients et avant acquisitions.

Divisions EADS : maintien du dynamisme des ventes chez Airbus Commercial, niveau de commandes soutenu chez Eurocopter, Astrium et Cassidian

Le chiffre d’affaires consolidé d’Airbus a augmenté de 13 %, à 17 246 millions d’euros (S1 2011 : 15 312 millions d’euros). L’EBIT* consolidé d’Airbus a progressé de 174 % pour atteindre 553 millions d’euros (S1 2011 : 202 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Airbus Commercial s’est établi à 16 585 millions d’euros (S1 2011 : 14 464 millions d’euros). En comparaison avec l'année dernière, le chiffre d'affaires d'Airbus Commercial a bénéficié d'un effet positif en termes de volumes et de prix. 278 livraisons ont été enregistrées avec comptabilisation dans le chiffre d'affaires puisque, sur les 279 livraisons physiques, 1 appareil a été fourni sous contrat de location simple.

L’EBIT* avant éléments non récurrents d’Airbus Commercial a augmenté, à 830 millions d’euros (S1 2011 : 330 millions d’euros environ), bénéficiant de l’amélioration de la performance opérationnelle dont des effets favorables de volumes et de prix, nets d'inflation. La détérioration du taux de change du dollar américain des couvertures du Groupe arrivant à maturité au premier semestre 2012 a temporairement et légèrement pesé sur le résultat global, tandis que la R&D est restée stable par rapport au premier semestre 2011.

L’EBIT* reporté d’Airbus Commercial a lui aussi fortement progressé à 548 millions d’euros (S1 2011 : 223 millions d’euros), incluant la charge enregistrée pour l’A350 XWB ainsi que l’actualisation de la provision pour les problèmes de fissures sur les pieds de nervure des voilures de l’A380.

Le chiffre d’affaires d’Airbus Military s’est établi à 843 millions d’euros, en baisse par rapport à l’année précédente (S1 2011 : 1 112 millions d’euros), essentiellement en raison de la comptabilisation d'un chiffre d'affaires moins élevé au titre du programme A400M et d'une baisse du chiffre d'affaires des avions ravitailleurs.

L’EBIT* d’Airbus Military est pratiquement stable à 2 millions d’euros (S1 2011 : 3 millions d’euros), reflétant la baisse des volumes au cours du semestre, qui n'a pas été entièrement compensée par la réduction des dépenses de R&D.

À fin juin, les commandes nettes enregistrées par Airbus Commercial s’élevaient à 230, contre 640 au premier semestre 2011 qui incluait les commandes passées lors du salon aéronautique du Bourget 2011 qui avaient atteint un niveau record pour Airbus, notamment grâce à l’A320neo (option nouveau moteur).

Le salon aéronautique de Farnborough a eu des retombées encourageantes, dont d’importantes commandes pour l’A330 et l’A320ceo (option moteur actuel). De plus, le design optimisé de l’A350-1000 a fortement séduit la compagnie Cathay Pacific. Airbus a également annoncé le lancement à venir d’une version améliorée de l’A330 qui, avec une plus grande autonomie et une charge utile plus élevée, sera plus adapté encore aux vols long-courriers.

Airbus poursuit l’avancement du programme A350 XWB. L’assemblage de l’appareil destiné aux essais statiques est en cours et la partie avant du fuselage, entièrement équipée, du premier appareil destiné aux essais en vol à été livrée à la ligne d’assemblage final. La mise en service de l’A350 XWB a été reportée au second semestre 2014, essentiellement en raison du temps nécessaire à la mise en place de l’automatisation du perçage pour les ailes. Une charge de 124 millions d’euros a été enregistrée au deuxième trimestre, reflétant un retard constaté de trois mois environ . L’A350 XWB reste un programme difficile, tout délai supplémentaire augmenterait le montant des charges de façon non linéaire.

Au premier semestre 2012, Airbus Military a enregistré 21 commandes, dont 15 C295 MT pour le sultanat d’Oman, la Pologne, l’Égypte et le Kazakhstan. Sur la même période, sept appareils moyens et légers ont été livrés. Le ratio commande/livraison d’Airbus Military était supérieur à 1 au premier semestre 2012, sous l’effet de la hausse des marchés à l’export.

Les vols d’essai du programme A400M se poursuivent, avec plus de 3 525 heures de vol cumulées à la fin du mois de juin. En raison de problèmes techniques sur le moteur, la date de capacité opérationnelle initiale sera repoussée, mais Airbus Military prépare d’ores et déjà l'acceptation du premier appareil par l'armée de l'air française prévue au premier trimestre 2013 selon les termes du contrat.

À fin juin 2012, le carnet de commandes consolidé d’Airbus était évalué à 506,1 milliards d’euros (fin 2011 : 495,5 milliards d’euros).

Le carnet de commandes d’Airbus Commercial a atteint 485,7 milliards d’euros (fin 2011 : 475,5 milliards d’euros), comprenant 4 388 unités (fin 2011 : 4 437 appareils). Il a bénéficié d’un impact de change positif de 12 milliards d’euros environ suite à l’appréciation du taux de clôture du dollar américain depuis fin 2011.

Le carnet de commandes d’Airbus Military comptait 231 appareils, soit un montant de 21,7 milliards d’euros (fin 2011 : 21,3 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter a augmenté de 28 % à 2 771 millions d’euros (S1 2011 : 2 171 millions d’euros). 198 hélicoptères ont été livrés (S1 2011 : 205 hélicoptères).

L’EBIT* de la Division a progressé de 112 % pour atteindre 199 millions d’euros (S1 2011 : 94 millions d’euros). La forte croissance du chiffre d’affaires et de l’EBIT* s’explique essentiellement par un effet de mix favorable, avec une augmentation des livraisons de Super Puma, et par une hausse des activités de support, de réparation et d’entretien. Elle reflète également la contribution de la consolidation de Vector Aerospace. L’EBIT* du premier semestre 2011 comprenait une charge nette de 60 millions d’euros.

Les prises de commandes nettes ont augmenté au premier semestre 2012 par rapport à la même période de l'année précédente, avec 195 nouvelles commandes nettes, et le nombre d’annulations (2 hélicoptères) a clairement retrouvé le niveau d'avant crise. La valeur des commandes a fortement augmenté par rapport à l’année précédente, essentiellement en raison d’un effet de mix favorable au niveau de l’EC175 et du Super Puma, et de la première consolidation de Vector Aerospace.

Au deuxième trimestre, la Division a obtenu d’importantes commandes du Kazakhstan, dont 8 commandes supplémentaires d'EC145, ainsi qu’une lettre d’intention pour l’acquisition de 20 hélicoptères EC725 multi-rôle. Un contrat a été signé avec la société Indonesian Aerospace pour la fourniture et la personnalisation de six hélicoptères EC725.

La Division a illustré sa stratégie d’innovation avec le déploiement de la version améliorée de l’EC130T2 dont la commercialisation a été un succès. Eurocopter a également étoffé son portefeuille de services avec l’acquisition de 80 % de la société espagnole Sabadell Helicopters Service Centre.

La Division poursuit les discussions difficiles engagées avec le gouvernement allemand sur l'avenir des programmes-clés de défense, dont l’issue est toujours incertaine.

Le gouvernement portugais a récemment annoncé son intention d’entamer des discussions avec l’agence NAHEMA concernant la résiliation d’un contrat portant sur 10 NH90.

Le carnet de commandes de la Division a légèrement reculé pour s’établir à 13,5 milliards d’euros (fin 2011 : 13,8 milliards d’euros), avec 1 073 hélicoptères (fin 2011 : 1 076 appareils).

Le chiffre d’affaires d’Astrium a progressé de 13 % au premier semestre, à 2 661 millions d’euros (S1 2011 : 2 347 millions d’euros), essentiellement sous l’effet de l’intégration du groupe Vizada dans le périmètre de la Division.

L’EBIT* a augmenté de 26 % pour s’établir à 130 millions d’euros (S1 2011 : 103 millions d’euros). Cette progression s’explique par la contribution positive de Vizada et par la progression de la marge opérationnelle grâce au programme de transformation AGILE qui s’est traduit par une hausse de l’efficacité et de la productivité. Elle a été en partie grevée par des investissements de R&D.

Au premier semestre, les prises de commandes ont atteint 2,2 milliards d’euros (S1 2011 : 1,7 milliard d’euros), soit une hausse de 29 % par rapport à l’année précédente.

Parallèlement à l’intégration de Vizada, les commandes enregistrées au deuxième trimestre comprenaient également une commande pour la Phase 1 de Solar Orbiter, mission d’observation rapprochée du Soleil. Aux États-Unis, un contrat a également été signé au deuxième trimestre pour des services de communication gouvernementaux via la flotte de satellites Skynet 5, confirmant ainsi la dynamique de mondialisation et les activités à l’export déjà initiées par la Division au premier trimestre.

Le Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui devrait se réunir fin 2012, devrait communiquer des perspectives claires sur l'orientation à venir des programmes spatiaux européens.

En juillet, Ariane 5 a réalisé son 49ème lancement consécutif réussi, établissant un record mondial en termes de fiabilité pour un lanceur de vols commerciaux. Astrium a passé avec succès les tests de validation en orbite de l’ESA pour ses deux premiers satellites Galileo, confirmant leur qualification totale et leur niveau de performance, et a réussi la mise en orbite du satellite Yahsat 1B.

À fin juin 2012, le carnet de commande d’Astrium s’élevait à 14,3 milliards d’euros (fin 2011 : 14,7 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires de Cassidian a légèrement progressé à 2 186 millions d’euros (S1 2011 : 2 133 millions d’euros). L’EBIT* est resté stable à 88 millions d’euros (S1 2011 : 89 millions d’euros). Conformément aux prévisions, le chiffre d’affaires et l’EBIT* sont restés stables par rapport à l’année précédente. La baisse des investissements autofinancés de recherche et de développement a été compensée par le maintien d’investissements consacrés au déploiement mondial et à la transformation de la Division.

Après la réussite du programme de tirs guidés de développement du METEOR, MBDA est en passe d'achever sa qualification et de livrer les premiers missiles de série d'ici la fin de l'année.
Cassidian a développé son portefeuille grâce à la mise en œuvre d’alliances stratégiques. L’accord conclu avec Rheinmetall sur les systèmes de drones a été finalisé. Cette nouvelle entité continuera d’accompagner l’armée allemande en Afghanistan, en fournissant des services de reconnaissance sans pilote. La Division a également signé un contrat pour l’acquisition de 75,1 % des actions de Carl Zeiss Optronics, ce qui permet à Cassidian de développer une activité de capteurs axée sur l’avenir. Le chiffre d’affaires 2011 combiné des deux sociétés acquises s’élève à 230 millions d’euros environ, avec un effectif de 940 collaborateurs environ.

Cassidian a enregistré un nombre élevé de prises de commandes pour un total de 2,8 milliards d'euros au cours du premier semestre, soit une hausse par rapport à l’année précédente (S1 2011 : 1,8 milliard d’euros), et ce malgré un contexte macro-économique qui reste volatil et des budgets de défense stables.

Le nombre de commandes enregistrées s’explique par l’activité d’Eurofighter, l’exportation de missiles et un contrat obtenu dans le cadre du programme Alliance Ground Surveillance (AGS). Ce contrat, attribué par Northrop Grumman, premier fournisseur de l’OTAN, porte sur la fourniture de segments mobiles au sol destinés à la surveillance à partir de systèmes aériens sans pilote à haute altitude.

Cassidian continue d’explorer minutieusement les opportunités à l’exportation pour l’Eurofighter au Moyen-Orient et en Asie.

À fin juin 2012, le carnet de commandes de Cassidian s’élevait à 16,3 milliards d’euros (fin 2011 : 15,5 milliards d’euros).

Siège et Autres Activités (non rattachées à une Division)

Le chiffre d’affaires des Autres Activités a progressé de 38 %, à 721 millions d’euros (S1 2011 : 524 millions d’euros), sous l’effet de hausses de volumes chez EADS North America et ATR.

L’EBIT* des Autres Activités s’est établi en hausse à 13 millions d’euros (S1 2011 : 12 millions d’euros), reflétant la meilleure rentabilité de Sogerma. L’EBIT* du premier semestre 2011 incluait une plus-value de 10 millions d’euros suite à la cession de Defense Security and System Solutions – DS3 – par EADS North America.

ATR a reçu 11 commandes fermes au premier semestre (S1 2011 : 84) et a livré 22 appareils (S1 2011 : 17). Le carnet de commandes d’ATR comptait 213 appareils. Au deuxième trimestre, ATR a célébré la livraison de son 1 000ème appareil, un ATR 72-600, à la compagnie aérienne espagnole Air Nostrum. Par ailleurs, l’ATR 42-600 a obtenu la certification de l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (EASA). Cet appareil à turbo-propulsion de 50 sièges permettra à ATR de devenir le seul fabricant sur ce marché.

Chez EADS North America, la flotte de 219 hélicoptères UH-72A Lakota de l’armée américaine a atteint le seuil des 100 000 heures de vol en mai, démontrant le succès que continue de rencontrer le programme.

À fin juin 2012, le carnet de commandes des Autres Activités s’élevait à 2,8 milliards d’euros (fin 2011 : 3,0 milliards d’euros).

* EADS utilise l’EBIT avant amortissement des écarts d’acquisition et éléments exceptionnels comme indicateur-clé de ses performances économiques. L’expression « éléments exceptionnels » désigne des éléments comme les dotations aux amortissements des ajustements à la juste valeur se rapportant à la fusion d’EADS, à la création de la société Airbus intégrée et à la création de MBDA, ainsi que les dépréciations constatées en résultat sur les écarts d’acquisition générés à l’occasion de ces transactions. 

EADS est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2011, le Groupe – qui comprend Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – a dégagé un chiffre d’affaires de 49,1 milliards d’euros avec un effectif de plus de 133 000 personnes.  

Contacts :

Martin Agüera
Media Relations Finance
Airbus Group
 
Tel.: +49 89 607 34735
Fax: +49 89 607 27435
Matthieu Duvelleroy
Media Relations France
Airbus Group
 
Tel.: +33 1 42 24 24 25
Fax: +33 1 42 24 23 28
Philipp Lehmann
Media Relations Germany
Airbus Group
 
Tel.: +49 89 60 73 42 87
Fax: +49 89 60 73 42 39
Rod Stone
International Media Relations
Airbus Group
 
Tel.: +33 1 42 24 27 75
Fax: +33 1 42 24 23 28

http://twitter.com/EADSpress

Un dossier sur les résultats financiers d'EADS est disponible sur :
www.eads.com/dossiers-presse-finances

Vous pouvez vous inscrire à notre RSS Feed sur www.eads.com/RSS. Vous trouverez plus d’informations sur EADS – des photos, vidéos, bandes son, documents support – sur www.eads.com/press et www.eads.com/broadcast-room.

Point presse :

Téléconférence en direct sur Internet destinée aux analystes

Vous pouvez écouter aujourd’hui à 10h00 CET la téléconférence avec les analystes donnée par Tom Enders, Président exécutif d'EADS, et Harald Wilhelm, Directeur financier d’EADS, sur le site Internet du Groupe www.eads.com.

Cliquez sur la bannière située sur la page d’accueil. Une version enregistrée sera disponible après la transmission en direct.
 

EADS – Résultats du premier semestre (S1) 2012
(en euros)

 

EADS – Résultats du deuxième trimestre (T2) 2012



Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre 2012 a progressé de 12 % par rapport à la même période de 2011, essentiellement sous l’effet de la hausse des volumes et d’un impact de change favorable chez Airbus Commercial, ainsi que de l’intégration de Vector Aerospace dans le périmètre d’Eurocopter et de Vizada dans celui d’Astrium.

L’EBIT* du deuxième trimestre a augmenté de 98 % pour s’établir à 735 millions d’euros, principalement grâce à Airbus Commercial et Eurocopter.

Chez Airbus Commercial, la performance sous-jacente solide et la baisse des dépenses de R&D ont largement compensé les charges liées aux programmes de l’A350 XWB et de l’A380.
Chez Eurocopter, le deuxième trimestre 2011 incluait une charge négative de 60 millions d’euros. Cette année, Eurocopter a bénéficié d’un effet de mix favorable au niveau des livraisons commerciales et des activités de support.

Notes de bas de page:

1) Résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciation, amortissements et éléments exceptionnels.
2) Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d'acquisition et éléments exceptionnels.
3) EADS continue d’employer le terme « résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.
4) Le résultat net avant éléments non récurrents correspond au résultat net hors éléments non récurrents de l’EBIT*. Il n’inclut pas les autres éléments du résultat financier (à l’exception de l’actualisation des provisions) et tous les effets fiscaux sur les éléments mentionnés. Le résultat net* avant éléments non récurrents correspond au résultat net avant éléments exceptionnels et écarts d’acquisition non récurrents, nets d’impôts. En conséquence, le BPA* avant éléments exceptionnels correspond au BPA fondé sur le résultat net* avant éléments exceptionnels.
5) Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes d'EADS s'entendent sur la base des prix catalogue.
6) Les segments Airbus Commercial et Airbus Military forment la Division Airbus. Les éliminations sont traitées au niveau de la Division. 

 

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits, mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d'EADS à la date de ce document et supposent certains risques et incertitudes, susceptibles d’induire d’importantes différences entre les résultats, performances ou événements réels et ceux anticipés dans ces déclarations.
Dans le cadre du présent communiqué, les termes «anticiper», «estimer», «prévoir», «pouvoir», «projeter» et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.
Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses, parmi lesquelles : la demande de produits et services d'EADS, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement-clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours.
Ces informations prévisionnelles ne sont assorties d’aucune certitude et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative, en fonction de certains facteurs, parmi lesquels : conditions macroéconomiques, conditions de travail (notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie) ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d'EADS ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les États ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d'intérêt ; fluctuations entre l'euro et le dollar américain et d'autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques. Le   «Document d’Enregistrement» de la Société daté du 12 avril 2012 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs.

Pour plus d’informations, voir www.eads.com.